[British Week] Flying Circus

Publié le par Ceridwen

Quand on parle de Monty Python, la première chose qui vient à l'esprit des Français, c'est Sacré Graal, et éventuellement quelques autres films comme La Vie de Brian.

Pourtant, ce qui a fait le succès des Monty Python, c'est bien leur série télévisée Flying Circus. Trop peu d'entre nous gardent un souvenir de sa diffusion sur Arte, il y a de ça quelques années, et c'est fort dommage.
C'est pourtant avec les Flying Circus, produits entre 1969 et 1974, que l'on prend pleinement conscience du phénomène Monty Python et que l'on appréhende vraiment leur humour so british !
Le succès des quatre saisons qui le composent fut tel qu'il donna même naissance à un spectacle sur scène.

Chacun des quarante-cinq épisodes de trente minutes rassemble plusieurs sketchs souvent liés par un fil conducteur comme the Spanish Inquisition et des transitions parfois « limites » dont la plupart sont sous forme d'animations en motion picture réalisées par Terry Gilliam et tout simplement inoubliables.
En dehors d'un humour délirant, souvent absurde et parfois noir, les Flying Circus proposent aussi une certaine critique de la société britannique de l'époque. Ainsi, nos Monty Python travestis critiquent-ils le puritanisme de la ménagère de plus de 50ans. Tout passe sous leur crible : la société, la politique, la religion, la télévision et même la Seconde Guerre Mondiale encore assez proche et dont le souvenir reste vif.
Ainsi, la provocation est de mise, comme lorsqu'un Monty Python joue un Hitler, incognito dans une auberge britannique, en train de planifier une nouvelle conquête de l'Europe ou quand un groupe de bourgeoises bien « prout-prout » se battent dans la boue dans un élan de reconstitution historique. Mais le ridicule, l'absurde et l'auto-dérision les protègent souvent de l'incident diplomatique.
Certains sketchs sont purement idéologiques, comme lorsqu'ils imaginent une ville pleine de Superman et que Bicycle Repair Man vient les sauver lorsqu'une chaîne de vélo a déraillée. Le monde à l'envers, n'est-ce pas ?
Mais il n'y a rien d'étonnant à cet aspect intellectuel de leur humour. Il ne faut pas oublier que nombre d'entre eux sont des diplômés d'Oxford ou Cambridge.
Le Flying Circus serait-il un précurseur de l'humour geek actuel ?

Et nous les avions longuement attendus en DVD. Ils sont enfin arrivés ! Le packaging n'est pas très beau pour un tel chef-d'œuvre de l'humour. Mais il vous offre l'opportunité de regarder les épisodes en VO, en hongrois ou en polonais sous-titré danois, croate, portugais, arabe, islandais... et français bien sûr ! Vingt langues de sous-titres sont quand même disponibles. À la fois étrange et finalement pas si surprenant que ça pour du Monty Python !
Le menu est plutôt pratique, car il permet d'accéder à chaque épisode et à chaque sketch indépendamment mais il vaut mieux regarder un DVD en un minimum de fois possible car il vous faudra sinon supporter l'affichage de l'avertissement un nombre incalculable de fois, et ça, c'est énervant. La remasterisation est agréable, la qualité vidéo, en couleur, est plutôt bonne pour une série datant des années 70.

Cependant, l'intégrale est assez difficile à se procurer actuellement. Vous pouvez essayer de trouver le coffret grâce à Amazon.

Publié dans Séries

Commenter cet article